Attaque au Burkina : trois Occidentaux et un Burkinabè portés disparus

Une patrouille anti-braconnage, accompagnée de formateurs et journalistes occidentaux, a été attaquée lundi dans l’est du Burkina Faso, faisant trois blessés et quatre disparus : deux Espagnols, un Irlandais et un Burkinabè manquent à l’appel.

La patrouille, composée de militaires, de forestiers, de formateurs et journalistes occidentaux, “a été la cible d’une attaque sur l’axe Fada N’Gourma-Pama”, selon un responsable local, qui a précisé que “le bilan provisoire fait état de trois personnes blessées, quatre personnes portées disparues”.

L’attaque a été menée par des hommes armés circulant à bord de deux pick-up et d’une dizaine de motos. Desources sécuritaires, les disparus occidentaux “sont deux Espagnols et un Irlandais, tous des journalistes-formateurs travaillant pour le compte d’une ONG qui oeuvre pour la protection de l’environnement”.

Des attaques fréquentes

Plusieurs prises d’otages étrangers ont eu lieu ces dernières années au Burkina Faso. D’abord concentrées dans le nord du pays, limitrophe du Mali, les exactions attribuées à des groupes djihadistes, dont le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda et l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS), ont ensuite visé la capitale et d’autres régions, notamment l’est et le nord-ouest.

Depuis 2015, les actions violentes des djihadistes ont fait plus de 1 200 morts et plus d’un million de déplacés, fuyant les zones de violences.