Catégorie : Bénin

Acquisition de cinq ambulances médicalisées au Ministère de la Santé| la CRIET déboute Jean Baptiste Elias

La CRIET déboute Jean Baptiste Elias avait fait un recours à la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme, (CRIET) pour s’autosaisir de la supposée acte de corruption relatif à l’acquisition de Cinq ambulances médicalisées au Ministère de la Santé. Ce qui a amené la CRIET a fait des audits pour pouvoir élucider cette affaire. Au terme des auditions, le procureur spécial de la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme, Gilbert Togbonon est monté au créneau Vendredi dernier pour réfuter toutes les allégations du président du FONAC Jean Baptiste Elias. D’après Gilbert Togbonon, de toutes les auditions des parties intervenues dans la chaîne de passation du marché pour l’acquisition de ces ambulances, il s’est avéré que tout s’est déroulé dans les règles de l’art. Au sujet du montant qui a suscité beaucoup de remous au sein de l’opinion publique et d’interrogation de la part de certains concitoyens béninois qui l’avaient jugé exorbitant, le procureur spécial de la CRIET a rassuré et a affirmé que les ambulances commandées au profit de certaines zones sanitaires par le ministère de la santé, étaient des ambulances de dernière génération. Tout en balayant l’argument de surfacturation qu’il y a eu autour de cette affaire, dénoncée par Jean Baptiste Elias sur les médias, il a aussi fait savoir que “ces ambulances disposaient des plateaux techniques pouvant permettre au corps médical d’entamer, les interventions sur la route en attendant de parvenir au centre de santé.” Il faut ajouter que la commande de ces ambulances a été faite sur le marché n°335 du 17 Septembre 2018 signé pour la fourniture de 5 ambulances médicalisées 4×4 diesel, de marque Mercedes Fourgons par une société de la place pour un montant de 493.830.000 f cfa. Quant à l’appel d’offre, il a été émis en décembre 2015.

M.K

Présidentielle 2021| L’actualisation de la liste électorale lancée par le COS LEPI

Le Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Électorale Permenante Informatisée (COS LEPI) a lancé ce lundi le processus d’actualisation de la liste électorale pour l’élection présidentielle de 2021. Réunis les 17 et 18 Septembre 2020 à Bohicon au cours d’un atelier ayant pour but l’appropriation des documents techniques et le respect des délais constitutionnels qui régissent le nouveau COS LEPI, les membres de l’institution ont fait le bilan du fichier électoral national au sein duquel sera extrait la Liste Électorale Permenante Informatisée (LEPI). Au terme de ce bilan ils ont décidé d’ouvrir le processus d’actualisation de la liste électorale actuelle. Ce processus ainsi lancé va permettre d’intégrer les nouveaux citoyens en âge de voter et de radier les personnes décédées, d’effectuer la correction des erreurs nominales et l’extraction des doubles inscriptions a fait entendre Gilbert Bangana, président du COS LEPI. Il rassure également les citoyens béninois qui souhaitent changer de bureaux de vote qu’ils pourront le faire. A la fin de ce processus d’actualisation, le COS LEPI transmettra à la Commission Électorale Nationale Autonome, CENA , une liste électorale à jour. Pour rappel, le Bénin est passé à 5.192.235 électeurs pour 14.941 bureaux de vote en 2019 contre 4.746.348 électeurs pour 13.664 bureaux de vote en 2015.

M.K

Élection présidentielle 2021| Joël Aïvo appelle Patrice Talon à un débat contradictoire sur son bilan

Joël Aïvo appelle Patrice Talon à un débat contradictoire sur son bilan.

Il n’y a plus de jours où le Professeur Agrégé de Droit Joël Aïvo, affiche ses intentions de vouloir briguer la magistrature suprême au Bénin. L’homme via une lettre ouverte publiée sur sa page Facebook a émis le vœu de se confronter au premier magistrat de la République, Patrice Talon sur son bilan. « Je veux le confronter à la réalité du Bénin, à ce qu’il n’a pas voulu voir, ni entendre depuis qu’il est entré au Palais de la Marina ». Celui qui se porte aujourd’hui comme ardent défenseur du peuple, veut selon ses dires, révéler au commandant de bord du Navire Bénin, les problèmes dont vivent le peuple béninois depuis son avènement au pouvoir. Pour lui, il ne s’agit pas d’invectiver mais de permettre à l’actuel chef de l’État de voir la situation dans laquelle, les différentes couches de la société est. Joël Aïvo veut discuter avec Patrice de « ces écoles publiques abondaonnées, ces hôpitaux sans médécins, le CNHU sans équipements, les universités livrées à la ruine, ces courageuses femmes sans le moindre soutien, ces fonctionnaires humiliés et dépouillés, ces entreprises traquées et fermées, ces hommes et femmes fuyant la vengeance et l’injustice, ces chômeurs sans perspectives etc…» Et ce n’est pas tout. Le Professeur Joël Aïvo veut également révéler par ce débat, dont il veut qu’il ait lieu, la différence entre le train de vie du peuple et les collaborateurs du Chef de l’État. « Je veux parler avec le Président de la République du salaire de ses Ministres, de ses collaborateurs dont les salaires suscitent l’effarement et l’indignation du commun de nos concitoyens, de la dette de notre pays, de l’image du Bénin dans le monde , de notre diplomatie erratique, de ce qui reste de nos institutions, de nos médias d’information, de nos libertés, de l’indépendance de la justice, de notre démocratie, bref de tout ce qui a fait, jusque-là, la fierté de notre pays ». Le porte-voix du peuple et des béninois de l’extérieur pense et réafirme que le peuple a longtemps souffert de la gestion du pouvoir de Patrice Talon. Et il est temps qu’il soit mis au courant. Joël Aïvo veut clairement, montrer au chef de l’État les limites de sa gouvernance, de l’échec de sa politique et de ses conséquences drastiques sur la collectivité nationale. À Patrice Talon et à ses députés maintenant d’accepter ouvrir le jeu, car pour qu’il y ait ce challenge, les textes actuels pour prendre part aux élections présidentielles de 2021 doivent être révisés d’une part. Et pour sauver la démocratie béninoise malade sous le régime Talon, Joël Aïvo pense qu’il faille ouvrir le jeu et non laisser les choses en l’état au risque de plonger davantage le pays dans la crise actuelle.

M.K

Diplomatie: ”Marc Vizy” est le nouvel ambassadeur de France au Benin

La France n’a pas assez attendu après le départ de Véronique Bumeaux avant de nommer son nouvel ambassadeur près le Bénin. Il s’agit du diplomate Marc Vizy. L’homme a été nommé nouvel ambassadeur de la République de France près le Bénin, apprend t-on des sources concordantes. Ministre plénipotentiaire hors classe, Marc Vizy a été nommé en remplacement de Véronique Brumeaux. La nomination du nouvel ambassadeur de la République de France près la République du Bénin intervient après le départ de Véronique Brumeaux, appelée à servir à un autre poste.

M.K

Détournement de 4 milliards à la direction Générale des impôts| L’ex Régisseur, ”Carlos Adohouannon” arrêté à Dakar.

Affaire : vol de 3 à 4 milliards de FCFA à la direction Générale des impôts en Septembre 2019. L’ex Régisseur, Carlos Adohouannon en fuite arrêté à Dakar.  

Ce n’est plus un secret de polichinelle pour personne. L’ancien régisseur de la Direction Générale des impôts est désormais dans les mailles de la justice sénégalaise. Recherché depuis 1 an par la justice béninoise qui a émis un mandat d’arrêt international contre lui, Carlos Adohouannon n’est plus libre de ses mouvements et devra s’expliquer devant la justice pour les faits qui lui sont reprochés, notamment le détournement d’une somme de 3 à 4 milliards de FCFA à la Direction Générale des impôts. Mais le hic est de savoir si l’ex Régisseur des impôts, sera t-il extradé au Bénin? Lui qui arrêté le Vendredi 10 Septembre 2020 à l’aéroport International Blaise Diagne de Dakar et transféré à la Division d’investigation criminelle de Dakar et par la suite présenté lundi 14 Septembre 2020 au procureur général de la Cour d’Appel de Dakar où il a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Cap Manuel. Des sources concordantes, apprend t-on qu’en absence de coopération judiciaire entre le Bénin et le Sénégal, l’extradition de l’ex régisseur des impôts Carlos Adohouannon peut connaître un statut quo. Car, selon nos sources les relations entre le Bénin et le Sénégal sont bonnes mais en matière de coopération judiciaire, le Bénin ne fait pas partie des pays avec lesquels, il y a cette coopération judiciaire. Malgré cela, le Bénin peut formuler une demande d’extradition à l’endroit du Sénégal. Mais, c’est au Sénégal d’apprécier et de voir ce qu’il doit faire par à rapport à cette requête. Dans le cas d’espèce, seul le Sénégal a le dernier mot en ce qui concerne l’extradition de Carlos Adohouannon au sujet de la supposée disparition de 3 à 4 milliards des caisses du Trésor public. A noter qu’en septembre 2019, Carlos Adohouannon, régisseur de la direction générale des impôts avait été porté disparu à la suite d’une mission sur la ville de Ouidah. Des investigations menées par la Brigade économique et financière (BEF) sur le coffre-fort du régisseur avaient révélé la disparition d’environ 3 à 4 milliards de francs CFA des caisses de la direction générale des impôts.  

M.K

Coopération entre États de l’Afrique de l’Ouest| Le Nigéria ouvre à nouveau ses frontières avec le Bénin.

Le Géant de l’Est, le Nigéria a ouvert ses frontières le weekend dernier après plus d’un an de fermeture. Cette réouverture des frontières avec le Bénin intervient après des négociations menées entre le chef d’Etat du Bénin et celui du Nigéria. Fermées depuis le 20 août 2019, les frontières terrestres entre le Bénin et son voisin de l’Est sont désormais rouvertes. Et les béninois peuvent pousser un ouf de soulagement. À l’entame des démarches entreprises par les autorités du Bénin, Muhammadu Buhari est resté camper sur sa position et à faire montre de quelques exigences dont le non écoulement de certains produits sur son territoire dont le riz par exemple. Mais l’intervention du président de la République du Bénin Patrice Talon a été bénéfique. Et les deux chefs d’État ont résolu de poursuivre les négociations pour la réouverture des frontières. Le Bénin ayant satisfait ces exigences, le président Nigérian Muhammadu Buhari a décidé de la réouverture des frontières. Une ouverte qui va permettre la reprise les activités des opérateurs économiques, des hommes d’affaires et autres. Pour rappel le Nigéria avait décidé unilatéralement de fermer ses frontières terrestres avec le Bénin le 20 août 2019. La raison officielle annoncée est la lutte contre les activités massives de contrebande (notamment de riz) opérées sur ce corridor. Une situation qui représenterait une menace pour la politique d’autosuffisance alimentaire mise en place par le gouvernement d’Abuja.  

M.K

Financement des partis politiques| Paul Hounkpè se réjouit de la nouvelle et demande la signature du décret.

Financement des partis politiques avec une somme de 1,5 Milliards de FCFA au Bénin. Paul Hounkpè se réjouit de la nouvelle et demande la signature du décret portant statut de l’opposition.  

Le secrétaire exécutif national du parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE), Paul Hounkpè, invité ce vendredi 11 septembre 2020 par la Radio nationale à se prononcer sur le financement des partis politiques, a déclaré que ce pas posé par le régime de Talon est un pas important dans la vie des partis politiques au Bénin. « C’est une étape extrêmement importante des réformes parce que nous voulons qu’il y ait moins d’interférences occultes dans la gestion des partis politiques et des élections » Pour la tête de pont du parti FCBE, il n’est pas facile aux Béninois de donner de l’argent pour le financement des partis politiques dans lesquels ils militent. « Si le gouvernement vient à concrétiser cette réforme, on ne peut que s’en réjouir », a affirmé l’ancien ministre du Bénin sous le régime Yayi. Saisissant cette occasion, il a exhorté le gouvernement béninois a fait de même pour la loi sur le statut de l’opposition adoptée en novembre 2019. « Si le gouvernement fait ce pas décisif, il va falloir également que le statut de l’opposition soit chose réglée », a-t-il ajouté. Notons que le décret de la loi portant financement des partis politiques au Bénin en son article premier stipule qu’il est mis en place pour le financement des partis politiques légalement constitués et remplissant les conditions, la somme de trois milliards FCFA. Il est précisé dans le document que la part des financements à recevoir au titre de l’année 2020 couvre les deux derniers trimestres de l’année et s’élève à 1,5 milliards FCFA.  

M.K

Kidnapping à Toui| Les deux personnes enlevées, libérées.

Les deux personnes enlevées à Toui le lundi dernier, dans la commune de Ouèssè ont été libérées ce vendredi 11 septembre 2020 par la Police Républicaine. Selon des sources concordantes confirmées par Banouto les victimes du kidnapping, notamment une dame et un chauffeur ont été libérées tôt ce matin du vendredi 11 septembre 2020 par leurs ravisseurs. Aucune rançon demandée auparavant par les ravisseurs n’a été payée par les autorités béninoises pour leur libération. Des ravisseurs qui avaient réclamé 11 millions FCFA. Parmi les Kidnappeurs , un a été appréhendé par la Police Républicaine. L’homme, selon nos sources a été interpellé quelques heures seulement après la libération des deux otages. Les autres membres de la bande de ravisseurs sont toujours en cavale et activement recherchés par les forces de l’ordre. Pour rappel, les deux personnes enlevées étaient à bord d’un véhicule de plaque officielle de marque Prado quand elles ont été prises pour cible à hauteur de Toui, le lundi 07 septembre 2020 vers 20 heures par des individus non identifiés à bord d’une 4×4. Leurs Kidnappeurs avaient alors tiré sur la voiture administrative et intimé l’ordre aux trois passagers à l’intérieur de sortir. Un cadre du ministère de l’enseignement secondaire parmi les passagers a pu s’échapper par la brousse laissant les deux autres personnes, dont la dame et le chauffeur. Dans la foulée, elles ont été conduites à une destination inconnue par leurs ravisseurs. Et c’est grâce au téléphone de la dame qu’ils ont alors établi un contact avec les agents de police républicaine de la commune de Ouèssè.

M.K

Signature de conventions et accords internationaux| Un Comité chargé de l’examen et de l’étude préable mis sur pied.

Le Bénin met en place un Comité chargé de l’examen et de l’étude préable des conventions et accords. La ratification des conventions et accords internationaux nécessite une appréciation pertinente en vue de s’assurer de leur concordance avec l’ordonnancement juridique interne. Cette précaution qui vise à vérifier leur compatibilité avec les objectifs de développement national et de rayonnement de notre pays au plan international a fait objet de débat en conseil du mercredi 09 Septembre 2020. Et pour mieux être imprégné du contenu de ces conventions et accords internationaux, le Gouvernement a pris la décision de mettre sur pied ce comité. Institué sous l’autorité du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation, ce comité va veiller à son bon fonctionnement. Il aura notamment pour attributions, de tenir à jour une base de données des conventions et accords internationaux déjà ratifiés par notre pays, puis de faire une prospection objective des accords et conventions présentant un intérêt certain pour le Bénin. Sous cette même rubrique, le Conseil a adopté les décrets portant : attributions, organisation et fonctionnement du ministère de l’Eau et des Mines ; attributions, organisation et fonctionnement du ministère de l’Energie ; nomination des membres du Conseil d’administration du Fonds d’appui à la production audiovisuelle (FAPA).

M.K

Baccalauréat Session de Juillet 2020| Deux prisonniers récompensés pour avoir décoché le précieux césame.

On peut venir en prison, se battre, se refaire et à la sortie de prison, avoir une vie heureuse. Et c’est ce que deux prisonniers de la maison d’arrêt de Parakou, ont compris et se sont évertués, á mettre en œuvre en réussissant à avoir leur Baccalauréat (leur premier diplôme universitaire) cette année bien qu’étant en prison. Fruit d’un travail de dur labeur, Ils ont été distingués par l’Agence pénitentiaire du Bénin, le weekend dernier, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à la prison civile de Parakou. Une cérémonie de distinction organisée à l’initiative du chef de l’État Patrice Talon à travers l’Agence pénitentiaire du Bénin. Ils ont reçu une enveloppe financière symbolique et un trophée en bois des mains du Directeur de l’Agence pénitentiaire du Bénin, Jiles Yèkpè. Ils étaient trois à se présenter au baccalauréat session de juillet 2020 série D et deux ont réussi à décrocher le BAC avec un, qui a eu la mention Assez Bien. << Et le chef de l’État ne pouvait pas s’en passer de faire un geste á l’endroit de ces détenus, car réussir à avoir ces diplômes en étant à l’intérieur d’une prison, n’est pas chose facile >> a déclaré le Procureur de la République près du tribunal de Parakou, Nouroudine Bakaray. Ils sont désormais libres de leur mouvement. Ces deux prisonniers ont bénéficié aussi d’une remise de peine de la part des autorités béninoises. Leur remise de peine leur a été annoncé au cours de cette cérémonie. La peine d’un des deux détenus était déjà arrivée à son terme. Le second a obtenu une liberté provisoire. Une preuve de l’attachement du chef de l’État, à primer, les citoyens béninois qui se seraient distingués positivement dans la République. Des sources concordantes nous apprenons que deux personnes se sont portées volontaires pour prendre en charge leur étude jusqu’à la Licence.

M.K